samedi 26 novembre 2011

J'ai fait mon propre grimoire ...

Pour La campagne de L'appel de Cthulhu que je suis en train de maîtriser, j'ai eu envie d'aller plus loin dans les aides de jeu. J'ai souhaité créer mon propre grimoire.
Pour les quelques gens que ça intéresse, ce post va essayer de montrer l'intégralité des étapes de sa fabrication.Voici quelques images du résultat final :




Pour réaliser ce grimoire, je me suis créé des difficultés (involontairement hein ... je suis pas débilos). Tout d'abord mon imprimante étant une A4, je me suis dit que j'allais faire le truc en A4. Sauf que évidement, pour relier il faut des cahiers et donc des feuilles pliées en deux, mais ça je ne le savais pas encore...


Préambule
Vieillir du papier
Créer les pages
La reliure
Les plats et le dos
La déco
La couvrure
Bref, j'ai fait mon propre grimoire


Grimoire : Préambule


Internet
Comme à mon habitude avant de me lancer tête baissé, et sachant que je ne suis pas le bricoleur pour qui on essaye de me faire passer; je me suis beaucoup documenté sur le sujet. J'ai utilisé massivement internet pour toutes les étapes de fabrication, de recherche d'illustration et tout et tout. Pour une fois je vais essayer de citer les sites qui m'ont été vraiment utiles, donc si vous voulez faire un grimoire à votre tour, visitez tous ces sites, pour ceux qui s'en tapent, passez au chapitre suivant, sachez juste que je ne suis pas (pas trop) ingrat vis à vis de ceux qui m'ont aidé sans le savoir.

Il y a deux grandes catégories de personnes qui font des grimoires : les rôlistes (héhé), et les filles qui veulent que leur journaux intimes aient plus de gueule qu'un vulgaire cahier. Une troisième catégorie plus marginale ce sont les fans de la série Charmed qui reproduisent le livre des ombres. Je remercie bien ces trois catégories, et les sites suivants m'ont été fort utiles en terme de méthode et d'inspiration.

Grimoire Cthulhien
http://propnomicon.blogspot.com/ Tout sur comment fabriquer des horreurs cthuliennes, des grimoires aux figurines ...
Sur le nécronomicon :
En particulier ceux là, qui m'ont donné l'idée de quelquechose qui pouvait sortir de la page :
http://propnomicon.blogspot.com/2011/04/grimoire.html (le plus mortellissime de tous, allez, je met une photo)



Bon après ya les faux grimoires, genre fait avec un annuaire ou un dico, mais si on l'ouvre pas, ça pète quand même grave !
http://mrxdesigns.blogspot.com/2011/05/doctor-glamour-fini.html (ya la suite en lien en bas de la page... )

Je souhaite remercier le site TOC qui m'a fournit une première base pour cette réalisation, et surtout l'envie de me lancer, même si finalement je n'ai pas utilisé le matériel proposé directement.
D'une façon générale, ce site est excellent pour jouer à l'appel de chtulhu.


Toutes sortes de trucs ...
D'autres grimoires qui m'ont inspiré :
http://magie.alliance-magique.com/ftopic21801-0-0-asc-.php (C'est ici que j'ai pu confirmer que le cuir prendrait la forme des sur-épaisseurs)
http://www.planetanim.com/modules/newbb/viewtopic.php?start=10&topic_id=1070&viewmode=flat&order=ASC&type=&mode=0 (les posts de moilapa, ce type est un putain d'artiste, je vais m'inspirer de ses commentaires pour vieillir le truc à l'avenir).
Lui est un électronicien (hé oui c'est la doc d'un PIC 18F qu'il relie façon techos, Arnaud MDR), grâce à lui j'ai trouvé que j'avais pas besoin de mousseline, et que de la bande a enduire ferait parfaitement l'affaire. Retour d'expérience, la mousseline c'est surement plus souple (mauvaise ouvrabilité, j'explique plus tard). http://bricolsec.canalblog.com/archives/2009/02/09/12445007.html

Et de la reliure
Les sites suivants où on voit image par image la réaliser un livre relié de bout en bout. C'est des pros, ils ont tout le matos que nous autres bricoleurs rôliste n'auront jamais :


A voir aussi pour des photos de détails :
Là aussi pour les étapes :
Et cet autre site :

Enfin, ce site est incontestablement le plus complet et le plus technique des sites sur la reliure. Il est idéal pour les gens qui maitrise déjà un poil. Pour nous autres les bricoleurs rôliste, c'est assez hardcore. Mais j'y ai vraiment appris plein de trucs (sisi, j'ai presque tout lu)
http://www.moulinduverger.com/reliure-manuelle/roret-60.php


MERCI à tous les gens qui partagent leur savoir sur internet.



Grimoire : Vieillir du papier

La bonne méthode
Pour ca j'ai utilisé la méthode suivante : 
http://www.ajdr.org/accessoires/fabriquer-ses-propres-parchemins
J'en ai essayé une paire, croyez moi, c'est cette méthode là, la SEULE qui soit au top.
Ce site est vraiment excellent. Le (les ?) auteur(s) sont très inventifs pour leurs JDR. Je recommande de tout lire. (notez qu'on retrouve la recette sur TOC, du même auteur).  Suivez-la scrupuleusement, toute modification (durée du bain, température de cuisson etc ...) ne rend pas aussi bien dans le résultat final.


J'ai essayé de réduire la durée du bain, ça prend pas la couleur. J'ai essayé de faire cuire plus chaud (pour faire sécher plus vite), résultat la première feuille crame à coup sûr. J'ai essayé de remplacer l'alu par du papier sulfurisé : j'ai mis le feu au four. (SI, SI !).  Donc respectez les consignes à la lettre, j'avoue que le clébard chatertonné, ça coute cher en chaterton (et faut pas oublier de prévoir des orifices pour l'entrée et la sortie de nourriture ..., ça je l'ai appris à mes dépends). Mais la recette ... c'est la recette.


Résumé de la recette :
- Faire tremper une vingtaine de feuilles (d'imprimante standard 80g au moins à mon avis) dans de l'eau tiède avec 5 à 6 sachets de thé, pendant 6 à 8H, les retourner de temps à autre idéalement.
- Sortir les feuilles du bain une par une, les laisser s’égoutter un instant. Saupoudrer (ou pas) irrégulièrement (ou pas) du café soluble (pas de café en poudre hein, j'ai essayé aussi, ca fait de la poudre à la fin sans colorer). - Placer les feuilles bien empilées sur un papier d'alu lui même sur un plateau qui passe au four.
- Bien surveiller (risque d'incendie sérieux, sans déconner j'ai vraiment mis le feu au four) au bout de 10 à 15 minutes, le gros de l'eau s'est déjà évaporée.
- Dès que la feuille du dessus commence à gondoler (les bords sont sec) la décoller délicatement et la retourner.
- Quand elle semble totalement sèche, une à deux minutes plus tard, la sortir
- Faire de même pour toutes les feuilles en les prenant par deux ou trois






Combien de pages mon cher Watson ?
Lorsque j'ai possédé assez de pages pour que la pile soit assez importante j'ai décidé l'épaisseur du grimoire. Quand à l'oeil il m'a paru satisfaisant, il faisait 3cm d'épaisseur. j'ai compté alors les 150 feuilles que j'avais. Puis j'ai continué d'en faire pour prendre en compte les ratages d'impression ... (brillante idée mon cher). J'ai fait environ 200 feuilles.  (Ignorez les les agacements de votre femme concernant la consommation de son thé, la monopolisation des ustensiles de cuisine, les goûtes de café partout et autres odeurs de cramé, pour les flamme étrangement elle a rien dit ... je sais pas pourquoi)

Détails et remarques
Encore un détail, si vous voulez obtenir un résultat uniforme pour vos papiers vieillis ou parchemins n'ajoutez pas de café soluble entre l’égouttage et la rôtisseuse.
En général la première feuille de la pile est presque toujours très noircie.
Je recommande de laisser la dernière feuille collée dans l'alu, et de réutiliser l'alu tel quel sur la prochaine fournée. De toutes façons cette dernière feuille est inutilisable, cramée, et quasi aucune chance de la décoller indemne. Elle a pris plus de thé et est étrangement moins souple que les autres. Aucune chance qu'elle apsse en impression. En la laissant, on gagne une feuille par tournée (soit une grosse dizaine dans mon cas).




vendredi 25 novembre 2011

Grimoire : Créer les pages

Par ou commencer ?
La j'ai commencé avec le matériel fournit par Styx sur TOC : http://www.tentacules.net/index.php?id=293.

J'ai fini par trouvé la police de caractères qu'il avait utilisé, je la trouve top  http://www.dafont.com/herman-decanus-ah.font. Mais il ne la donne que dans les forum du site (avec une paire d'autre font sympa). Le premier problème qui s'est posé c'est qu'il a conçu un grimoire en format in octavo, qui est a peu de chose prêt du A5. J'ai trouvé que le A5 faisait trop petit, ce n'était pas l'image du grimoire ancien que j'avais en tête. J'ai donc choisi le A4 (je sais je me répète). J'aurai sans doute pris encore un poil plus grand, mais mon imprimante étant ce qu'elle est ... A4 C'est bien.
Le problème avec le matos de styx c'est donc qu'il est deux fois trop petit !
Faire un zoom x2 rend flou et moche, et écrit trop gros. J'ai donc recommencé toute la mise en page en gardant juste ses illustrations.


Comment faire du texte en latin ?
J'ai commencé par traduire n'importe quelle page avec google translate. Ca marchait pas mal, mais on retrouvait fréquemment des mots en anglais dedans (c'est à se dire que le programme traduit du français vers l'anglais, puis vers du latin, on comprends pourquoi les traduction sont pas mal approximative si il repasse toujours par l'anglais). Finalement j'ai trouvé ce générateur aléatoire de textes en latin (enfin, qui ressemble à du latin) et tous les textes de mon grimoire final viennent de la : http://www.faux-texte.com/lorem-ipsum-20.htm
On rafraîchit et hop re-20 paragraphes de latin !


Quel logiciel ?
J'utilise un logiciel qui s'appelle Paint.Net (http://www.getpaint.net/download.html#download).
Comme beaucoup de logiciel gratuit et open source, il fait pas mal de trucs, mais pas tout. Il est largement plus simple que photoshop ou illustrator, mais largement moins riche. Un truc qu'il ne fait pas (tout comme tous les autres logiciels dont je disposais comme Word) c'est qu'il ne permet pas de faire se chevaucher légèrement les lignes de textes manuscrites. La font choisie étant assez particulière avec des lettres qui partent très haut, elle doit se superposer à certains moment avec la ligne supérieure. Seul illustrator m'a permis d'obtenir ce résultat. Malheureusement pour ce logiciel son avantage est aussi mon malheur il est riche et donc complexe. J'ai donc fait les textes sur illustrator et tout le reste sous Paint.Net. Enfin j'ai copié l'image de chaque page dans un bon vieux word en réglant les marges pour la reliure (1.5 cm en haut et en bas, 1cm a gauche et 2 cm à droite pour les pages paires et l'inverses sur les pages impaires.) car en effet, Paint.Net est vraiment merdique pour les impressions.

Comme je n'ai aucun talent pour le dessin, j'ai récupéré des centaines d'illustrations sur le net, en particulier sur ce site http://www.goominet.com/lovecraft/
Faites une recherche google avec "ebay + zarono" et vous trouverez les productions de cet artiste (zarano).

Voila j'ai finalement dessiné environ 280 pages pour 140 feuilles, y a plus qu'à imprimer ...


Impression
Première chose, mes feuilles vieillies sont imprimables en jet d'encre, contrairement à ce qu'avait prédit l'oracle Steve F. Pourquoi ? Je ne sais pas, peut être que mon imprimante est top, ou que j'ai utilisé de très bon papier, ou que j'ai juste de la chance... allez savoir.Mes feuilles n'ont aucune propriétés des éponges comme le suggérait l'auteur de la méthode pour les fabriquer. Par contre elles sont largement moins souple, et salement gondolé en particulier sur les bord. Et tous les problèmes d'impression habituels sont décuplés... Beaucoup de bourrage, les feuilles qui partent par deux. J'ai du démonter l'imprimante entièrement une dizaine de fois pour enlever les derniers petits morceaux de parchemins coincés dans les rouleaux.
Finalement j'ai réussit a obtenir une jolie pile de 140 feuilles. Oui 10 de moins que prévu mais j'avais plus de parchemins et pas le temps d'en refaire puisque je devais démarrer la réalisation rapidement, car le scénario allait commencé. Y a plus qu'à les relier !






jeudi 24 novembre 2011

Grimoire : La reliure

La reliure, c'est quoi ?
Alors là je pense avoir parcouru tous les sites français qui en parlent. Il y a des centaines de techniques, des tas de mots tous plus étranges les uns que les autres, cousure, passure, double berçage, grecquage etc ! Relieur c'est un métier et on s'improvise pas relieur. Il faut visiblement un GROS savoir faire. A force d'avoir tout lu je pense avoir une bonne idée théorique de comment on fait une reliure, des étapes à suivre et les pièges à éviter.

Sauf que je suis déjà dans un premier piège comme je l'évoquais plus haut, je n'ai pas de cahier mais des feuillets !


Pourquoi qu'ils ont pas inventé la reliure sans cahier ??
Qu'est-ce qu'un cahier : une petite pile de pages pliées en deux. Pour relier, on utilise exclusivement des cahiers, on les empile et on les coud ensemble en faisant passer les fils de couture dans le pli de chacun. Pour relier des feuillets, bah on peu pas passer dans le pli, parce qu'il y en a pas ! (essayez de suivre un minimum). Au final j'ai mis des semaines a trouver la solution : le double berçage. TA TA !!

Petit apparté :
J'ai compris que j'avais été trop loin dans mes pérégrinations reliuresque lorsque en faisant une recherche sur la technique du double berçage je suis tombé sur cette phrase : "Monsieur le relieur, pour les tirés-à-part, je ne veux pas de passure en carton, ni même de bradel. Faites juste un double berçage, un emboîtage avec couvrure Buckram, et un ébarbage discret des tranches et de la gouttière, sans massicot. Pour les cahiers cousus, grecquage et couture sur rubans, comme d’habitude. Et pour une fois, soignez l’endossure et l’apprêture! L’ouvrabilité du dernier train laissait à désirer" Quand je me suis rendu compte que je comprenais parfaitement cette phrase (sans blague :o ), je me suis dit que j'étais prêt pour tenter de passer à l'action !


Viens en au faits ROM !
J'ai commencé par un grecquage : une série de petites encoches pour passer les ficelles qui servent a relier les cahier. Je sais j'ai pas de cahier et je ne vais pas coudre, mais je me suis dit que ça serait surement plus solide. Le grecage, c'est facile : quelques coups de scie dans le dos du livre pressé ...
Donc maintenant je suis prêt pour le double berçage Donc on pince toute les feuilles par la goutière (le coté ou le livre s'ouvrira) dans le berceau (bon moi j'ai pris deux planches et un serre joint, ça à l'air de marcher quand même). On tord toutes les pages ensembles de façon a créer une sorte d'éventail à l'emplacement du dos. Cet éventail produit un mince décalage entre deux pages consécutives qui permet de mettre une fine bande de colle sur chaque feuille, à l'aide d'un gros pinceau. Puis on recommence en pliant de l'autre coté. (hé oui, c'est un DOUBLE berçage).
Et on met sous presse... Bon moi j'ai pris deux planches et des serre-joints, ça à l'air de marcher quand même :p (j'ai pas déjà dit ça ??). J'ai aussi ajouté les ficelles dans mon grecquage et une bande de mousseline. Bon j'en avais pas alors j'ai acheté une bande de toile pour faire les joints de plaques de placoplatre, ça à l'air de marcher pas mal et c'est beaucoup plus solide que je n'aurais cru, mais je pense après coup avoir beaucoup perdu en souplesse. Mon ouvrabilité est pas terrible ! Et la après séchage, putain toutes mes feuilles tiennent ensemble ! Waoouw. J'ai plus un moche tas de feuillets, j'ai un moche ... je sais pas encore comment ca s'appelle :p




mercredi 23 novembre 2011

Grimoire : Les plats et le dos

La passure
Les plats c'est les deux bouts de cartons rigides qui protègent les pages. Bon là, c'est pas compliqué, on a juste a faire 2 cartons, des trous dedans et passer les ficelles de reliures dans les trous. On coupe la ficelle, on colle ; terminé !
J'ai mis du papier kraft sur l'intérieur des plats pour compenser la future courbure provoquée par le séchage du cuir que je vais bientôt mettre, technique courante.


Les tranchefiles
Ensuite on met les tranchefiles. Là toujours le même problème, pas de bras pas de chocolat. NON, c'est pas ça, pas de cahier, pas de couture, et donc pas de tranchefile. La tranchefile est le petit bourlet de tissus situé en tête et queue (aux sommets) de l'ouvrage relié. C'est par là qu'on tire le livre vers soi lorsqu'il est dans un étagère. Elle permet de protéger la couverture et les pages à cet endroit. Rien que chez les artisants français il existe plus de 70 techniques traditionnelles pour broder la tranchefile. Bon moi j'ai pas eu beaucoup de choix, j'ai choisi de la faire en cuir, comme ça pas besoin de la coudre de cahier. Donc on prend une bande de cuir et on la pli en deux autour d'une mince ficelle (théoriquement en papier), ce qui lui donne son aspect de léger bourlet. j'ai pris le pari de plier le cuir à l'envers pour avoir l'aspect un peu velouté et trancher avec le cuir de la couverture. Je suis très content du résultat.
Ensuite j'ai ajouté quelques couches de ma bande à placo, de colle et de carton pour rattraper l'épaisseur des tranchefiles et bien arrondir le dos (larrondissure)


Les nerfs
Je dois maintenant parler des nerfs de mon futur grimoire. Les nerfs sont les ficelles qu'on peut voir sur le dos de livres très anciens. Ils forment des bourlets sous le cuir. A l'origine ils étaient en véritables nerfs de boeuf. Par la suite la technique du grecquage permettait de masquer ces supports de couture à l'intérieur du livre et donc de ne plus les voirs sur le dos. Mon grimoire est sensé être très ancien, et donc j'aimerai qu'il ait des nerfs sur le dos. Mais j'ai fait un grecquage. Avec des cahiers ce grecquage ne sert qu'à masquer les nerfs, mais je pense que dans mon cas j'ai eu l'intuition qu'il améliorerai la solidité (je ne saurai jamais si ça marche mais c'est pas grave). Toutes mes bandes a placo ont bien sûr caché mes nerfs. Donc j'en rajoute des faux histoire que ca fasse plus ancien. J'entends dans le fond qu'on me traite de tricheur, oui, mais j'ai le droit.




mardi 22 novembre 2011

Grimoire : La déco

Valérie Damido, sors de ce corps
Je ne voulais pas que mon grimoire soit trop simple. J'ai décidé d'un motif sur la première de couverture, le symbole des anciens (un truc de cthulhu) tenu par une main de monstre. Avec Julie, nous avons réalisé le moulage de sa main. Il faut de la poudre d'alginate, et du plâtre. On place l'alginate dans un récipient (jetable de préférence) dans mon cas un carton recouvert d'un sac en plastique (McGyver sort de ce corps).
Ensuite on remplit à moitié d'alginate et on remplit d'eau. Bon il se trouve que ca faisait tellement de grumeaux que j'ai finit de mélanger au mixeur plongeur .... bref, Julie a laissé tremper sa main un petit quart d'heure, et le résultat est là. Un fois bien sec (c'est sec, mais çà semble humide au toucher). j'ai remplit de plâtre bien liquide en essayant de pas laisser de grosses bulles. Laissé sécher la soirée, puis démoulage. Malheureusement compte tenu de la forme de la main, impossible de l'extraire sans détruire le moule, tant pis y aura pas de deuxième chance. On peut regarder sur ce site comment on fait (moi j'ai oublié de prendre des photos étapes) :
http://www.pascalrosier.com/conseil/exemples/main_immersion/main_immersion.htm La qualité du moulage est pas top, mais un ponçage et un coup de barbouille devraient cacher la misère.


Des fois faut mettre les doigts
Voici le résultat du premier test :


J'ai ensuite fait des test d'implantation un bout de carton (sensé simuler mon plat), et au bout de trois essais j'ai trouvé un moyen de collage peu pratique mais solide. J'utilise encore un bout de bande pour les joints de BA13. que j'enroule autour de la base du faux doigt, je passe le tout a travers le carton et je blinde de colle. Ca tient ! Note, j'ai trouvé que l'épaisseur de mes plats était un peu juste, j'ai donc décider de la doubler en collant 2 épaisseurs de carton. Et puis après réflexion ça aidera pour la main, j'explique après.


Le signe des anciens
Pour mon symbole des ancien, rien de plus simple : l'imprimer, le coller sur du carton et découper au scalpel.Puis j'ai collé sur mon plat. J'ai aussi fait quelques tests pour couvrir des motifs en carton. Les creux prennent difficilement la forme, le cuir essayant d'aller au plus court. J'ai donc cherché une méthode pour enfoncer les creux. Nombreux essai, finalement il faut faire un négatif de la forme...





lundi 21 novembre 2011

Grimoire : La couvrure

Petite parenthèsure ...
Couvrure, cousure, passure, arrondissure, rognure, plaçure, dorrure, endossure, batture, marbrure, sont autant d'étapes de la réalisation d'une reliure ... Pour sûr, ils aiment les terminaisons en 'ure' dans la reliure. Allez savoir pourquoi ...
Entendons par couvrure en langage technique recouvrir le livre avec du cuir (dans mon cas). Là vu que la couvrure de mon livre nécessite plus de la moitié de la peau je n'ai le droit qu'à une seule chance. J'ai découpé la peau en faisant comme sur ce site
Placé le livre ouvert sur l'envers du cuir, tracé le contour, tracer l'emplacement du dos, et laisser une marge plus large que préconisé. J'ai serré le cuir sur les nerfs pour que le cuir prenne un peu la forme et qu'il soit plus aisé à coller. Et j'ai collé le premier plat... Cool le cuir colle très bien et vite. On ne peut vraiment plus l'enlever.


Quand je suis trop court, quand c'est trop tard
Je place le cuir sur le reste pour voir ce que ca donne et HO, MAUVAISE SURPRISE. Le cuir est trop court. Ce que je n'avais pas prévu c'est que le fait de refermer le le livre fait perdre une longueur de cuir non négligeable, plus de 3cm. Du coup le plat est recouvert, mais plus assez long pour replier derrière. Les sites que j'ai consultés sur le sujet n'ont jamais fait mention de ce problème, tant pis pour moi. C'est moche parce que j'avais encore 10cm de rab au moins si j'avais su je les aurais laissé. En fait j'aurais du les laisser, je suis trop idiot ...
Heureusement je ne me suis pas laissé abattre. J'ai tendu le cuir plusieurs nuits, grâce à mes serre-joints, pour l'étirer. Et j'ai regagné un bon 2cm, et en plus ça a permis au cuir de bien prendre la forme des des nerfs.


Ca me troue le cuir
L'idée maintenant c'est que la main doit sortir du cuir par dessous, le transpercer, pour attraper le signe des anciens a travers. J'ai donc fabriqué le deuxième plat, et collé mon signe des ancien dessus, et j'ai laissé le cuir prendre la forme sans coller. Pour qu'il prenne bien la forme j'ai refait le symbole des ancien en négatif pour qu'il plaque bien, puis j'ai laissé sous presse tout un week end (une boite d'archive administrative d'une dizaine de kilos). J'ai finalement collé le dos, et la première de couverture, mais sans coller les deux épaisseurs de ma première de couverture ensemble. Je les ai simplement solidarisé temporairement avec du scotch papier. J'ai pratiqué l'encollage et laissé sous presse. Maintenant que mon livre a deux premières de couverture, je vais pouvoir percer le cuir et placer les doigts. Puis les coller et enfin coller ensemble mes deux épaisseurs de carton pour solidariser le tout.
Un petit coup de barbouille ....




mardi 18 janvier 2011

Ninja

Julie a décidé d'acheter un poisson. Un petit combattant noir (enfin rouge et bleu avec des yeux adaptés aux couleurs pas nettes, et trop de chromosomes X ...), dans un bocal cubique avec un petit spot a led au dessus. Il s'appelle Ninja et il aime pas les miroirs ... mdr.